• Archives


    votre commentaire
  • CINÉMA.  Le film Xan Naiz Ni a été présenté hier au Musée basque

    Un hommage à la nature sauvage basque

     

    360fbf8f63Peio Serbielle a présenté le film en compagnie de Rafael Zulaika, directeur du musée basque. (photo RP)


    La réussite du projet du film Xan Naiz Ni « Je suis Xan, voyage en terre sauvage », qui a été présenté hier au musée basque par l'un de ses promoteurs, le chanteur engagé Peio Serbielle, est le fruit d'une rencontre, favorisée par Renaud, avec l'écrivain Marc large, auteur du livre à succès « Xan de l'ours » et le cinéaste Patrice de Villemandy.

    Une légende 

    « Xan de l'ours » est une légende basco béarnaise qui raconte l'histoire d'un homme sauvage, moitié homme, moitié ours, qui aurait vécu du côté de Sainte-Engrâce.

    Peio Serbielle a tiré de ce récit les textes qui servent d'éléments de décor et fil conducteur pour un voyage initiatique, illustré par de magnifiques images saisies sur les hauteurs de la montagne basque, entre Sain te-Engrâce et les gorges de Kakuetta, Mendive, Sare et Zugaramurdi, Okabe et ses cromlechs, Itxassou, Urdos, les vallées d'Aspe et d'Ossau. Un voyage aussi au milieu des pottoks, des brebis, des ours et des vautours qui offre une image insolite, poétique de la nature sauvage. Et une image très éloignée de la carte postale habituelle. 

    Outre la narration des textes, Peio Serbielle signe aussi une grande partie des musiques (éditées sur un CD intitulé Naiz qui vient de sortir) de ce film de 23 minutes. Il pourrait être présenté en compétition lors du prochain FIPA de Biarritz.



    votre commentaire
  • SUD OUEST – 05/08/2008

    CINÉMA. --Marc Large, Peio Serbielle et Patrice de Villemandy viennent de terminer un film « Xan naiz ni », une ode à la nature pyrénéenne, à ses légendes Il était une fois, Xan…

    Didier Piganeau

    Archives

    Inutile d'accumuler les superlatifs. Ce film est tout simplement beau. Le dessinateur et auteur Marc Large, le chanteur basque Peio Serbielle et le cinéaste Patrice de Villemandy ont associé leurs talents pour réaliser ce court-métrage de 26 minutes, intitulé en basque « Xan naiz ni » (ce qui se traduit par « Je suis Jean ») inspiré par le roman de Marc Large « Xan de l'ours » (Cairn édition). Le sous-titre du film « Voyage en terres sauvages » en dit plus sur le contenu. Les trois compères nous promènent dans les paysages envoûtants des Pyrénées du Pays basque, de la Soule et du Béarn. Autrement dit, au pays de l'ours, de ses légendes, de sa mythologie, de ses fantasmes. À l'origine donc était le livre de Marc. « Xan de l'ours » raconte cette légende du XVIIIe siècle. - au fait est-ce une légende ? - de l'union d'une villageoise avec un ours. De ces amours coupables, naquit un enfant mi-homme mi-bête, enfant sauvage nommé Xan, vivant dans la forêt et qui, dit-on, défraya la chronique… Jusqu'à Paris. La rencontre de Marc Large et de Peio Serbielle, quelque temps après la sortie du livre, a été l'étincelle qui a provoqué le film. Peio a été séduit par l'histoire et par les textes de Marc, Marc a immédiatement cerné l'esprit poétique de Peio. « Il ne s'agit pas d'une transposition du roman, mais nous avons voulu nous imprégner de l'atmosphère de Xan, de l'ours, de ces paysages fantastiques, de cette nature envoûtante », explique Peio Serbielle.

    Iraty, Ossau, Sainte-Engrâce… Qui est déjà allé flâner dans les bois du côté de Sainte-Engrâce, s'est promené sur le chemin qui surplombe les grottes d'Holzarte ou a marché sur les flancs du pic du Midi d'Ossau se sentira vite pris par les images de Patrice de Villemandy, les textes de Marc Large dits par Peio, par les chansons de ce même Peio. Ici, les cascades ne chantent pas comme ailleurs, les branches des arbres semblent animées par la respiration d'un géant, les rochers se confondent avec le bois et les souches ont parfois des allures de soleils sombres… « Xan naiz ni » montre de superbes images des grottes de Sare et Zugarramurdi, du Pas de Roland à Ixtassou des cromlechs d'Iraty, des gorges de Kakueta, de la caverne d'Harpéa, ancienne tanière d'ours, des levers de soleil dans les brumes du côté d'Artzamendi, du célèbre chemin de la Mâture à Urdos. Au total, une vingtaine de lieux soigneusement choisis par Marc, Peio et Patrice. Mais « Xan naiz ni » n'est pas seulement un témoignage sur la vie dans les Pyrénées, c'est une ode aux légendes, un hommage à ses habitants à la nature, à la puissance de la montagne, avec en filigrane la présence de l'ours, animal mythique. Ce film est destiné à être projeté dans des lieux chargés d'histoire ou de symboles comme les grottes d'Isturitz dernièrement. « On le proposera dans les salons du livre, les centres culturels, aux chaînes de télévisons », indique Marc Large. Il sera présenté le 13 août sur écran géant dans le cadre de la feria, et on le verra prochainement à Saint-Paul-lès-Dax.


    votre commentaire
  • Dates et Lieux


    votre commentaire
  • logodu Pays Basque

    Euskal Erriko Kazeta


    Culture

     

    L'ours de Xan sort de sa caverne

     

     

    24/07/2008

    L'Espace Culturel Isturitz Oxocelhaya n'a pas oublié que l'ours a vécu sur ce site et occupé les grottes en alternance avec l'homme, comme en témoignent vestiges archéologiques ou griffures sur les parois. C'est dans cette optique qu'il propose samedi la projection du documentaire inédit Xan naiz ni.


    Marc Large est écrivain et auteur de bandes dessinées, et vient de publier aux éditions du Cairn le livre Xan de l'Ours (cf. JPB du 24 avril).

    Peio Serbielle est chanteur et compositeur. Son dernier album paru a pour titre Naiz. Avec le cinéaste Patrice de Villemandy, ils présentent une création commune : Xan naiz ni. Le documentaire est une fresque sauvage avec des paysages fantastiques du Pays Basque et des Landes... Le film, d'une durée de 26 minutes, est accompagné de textes de Xan de L'Ours et de la musique de Peio Serbielle.

     

    La projection aura lieu sous les étoiles et sur l'esplanade des grottes. Elle sera suivie d'une rencontre avec les deux auteurs : regard croisé de deux artistes contemporains sur leur propre travail et les références culturelles qui les nourrissent.


    Dans cette rencontre, une volonté double : décloisonner les arts «qui s'enrichissent toujours lorsqu'ils se parlent», et amener cette rencontre dans des lieux les plus divers, comme ici sur le site des Grottes d'Isturitz et Oxocelhaya. Ils dédicaceront leurs ouvrages respectifs.



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique